Logo ARS


Le monoxyde de carbone

L'intoxication domestique par le monoxyde de carbone (CO) constitue la 1ère cause de mortalité par toxicité aiguë en France.
 
C'est un gaz incolore, inodore et très toxique. Lorsqu'il est inhalé, il se substitue à l'oxygène transporté par voie sanguine.
Le manque d'oxygène qui en résulte pour l'organisme provoque des intoxications plus ou moins graves (parfois mortelles) selon la concentration du CO dans l'air ambiant et la durée d'exposition.
 
Le manque de spécificité des symptômes liés à une intoxication légère à modérée (maux de tête, vertiges, nausées, vomissements) rend le diagnostic difficile. Ces symptômes peuvent d’ailleurs laisser penser à une intoxication alimentaire.

Quels sont ses dangers ?

Le monoxyde de carbone n’est pas détectable par les sens humain car il est inodore et invisible. Après avoir été inhalé, il prend la place de l'oxygène dans le sang et provoque donc des maux de têtes, nausées, fatigue, malaises ou encore paralysie musculaire.

Son action peut être rapide. Dans les cas les plus graves, il peut entrainer en quelques minutes le coma, voire le décès. Les personnes intoxiquées gardent parfois des séquelles à vie.

Origine des intoxications

Le monoxyde de carbone est produit lorsque la combustion est incomplète, c'est-à-dire lorsque l'air est appauvri en oxygène et ceci quel que soit le combustible utilisé : gaz, charbon, bois, fioul... Sa présence à l'intérieur des locaux peut résulter :
• d'une mauvaise évacuation des gaz brûlés (obstruction des conduits de fumée, utilisation d’un appareil non raccordé à un conduit d'évacuation, présence d’un appareil entraînant une dépression comme une hotte aspirante),
• de l'utilisation d'appareils (chauffe-bain, poêles, chaudières,...) mal entretenus, vétustes ou fonctionnant au ralenti,
• d'un manque d'aération du fait de l'obturation des grilles d'aération ou de réhabilitations (acoustiques ou thermiques) ayant étanchéifié des façades.
Certaines conditions météorologiques : redoux, brouillard ou ciel bas, peuvent accentuer les risques d'intoxication, du fait d'une mauvaise dispersion des gaz brûlés dans l'atmosphère (tirage naturel faible).

Tous les types d’appareils, quel que soit le combustible utilisé, sont une source de monoxyde de carbone, en quantité variable selon la nature de ce combustible et la qualité de la combustion :
- les chaudières à bois, à charbon, à gaz, ou à fioul
- les chauffe-eau et chauffe-bain
- les inserts de cheminées, les poêles
- les chauffages mobiles d’appoint
- les cuisinières à bois, à charbon, ou à gaz
- les moteurs automobiles dans les garages
- les groupes électrogènes à essence ou à fioul et tout moteur thermique fixe ou mobile
- les appareils « de fortune » type brasero

retour Haut page
Comment éviter les intoxications ?

• Faites entretenir votre chaudière par un professionnel qualifié.
Faites vérifier votre chaudière avant la période de froid. Demandez une fois par an à un professionnel qualifié de venir faire une vérification complète. Si vous devez vous absenter, vous pouvez la laisser fonctionner au ralenti pour protéger votre installation de chauffage individuel contre le gel.
• Veillez à ce que le conduit de cheminée soit en bon état si la chaudière est raccordée, quel que soit le matériau qui le compose (conduit maçonné, éléments emboîtés ou tubage, réalisés en aluminium ou en acier inoxydable) et que sa vacuité est totale. Un ramonage est obligatoire deux fois par an.
• Vérifiez que l’évacuation des fumées s’effectue en dehors de l’immeuble. Attention, les appareils mobiles de chauffage d’appoint fonctionnant au butane, au propane, au pétrole,qui déversent des gaz de combustion chargés en monoxyde de carbone et en oxydes d’azote, ne doivent être utilisés que par intermittence exclusivement dans des locaux ventilés. Ils doivent être munis de dispositifs de sécurité avec contrôle d’atmosphère.
• Ne vous chauffez jamais avec des panneaux radiants prévus pour des locaux de grand volume très ventilés, même s’ils sont munis de sécurité, ni avec des radiateurs de camping destinés à l’extérieur, ni en allumant le four de la cuisinière, porte ouverte. Ne vous chauffez ABSOLUMENT JAMAIS avec des appareils radiants de chantier dépourvus de tout dispositif de sécurité.
• Les appareils neufs fonctionnant au gaz naturel doivent obligatoirement présenter le marquage CE et pour certains appareils de cuisson haut de gamme, la marque NF GAZ Sélection.
• N’utilisez les petits chauffe-eau sans évacuation de fumées que de façon intermittente et pour une courte durée, de 8 minutes maximum. Ils doivent être installés dans une pièce suffisamment grande et aérée. Le volume minimal pour une pièce doit être de 8 m3 lorsqu’on utilise un appareil de cuisson et de 15 m3 avec un petit chauffe eau. Ils sont interdits dans une salle de bains ou une douche, une chambre à coucher ou une salle de séjour, et dans les logements d’une seule pièce (studios).
• Il est interdit d’installer une hotte raccordée à l’extérieur dans une pièce où se trouve également un appareil raccordé à un conduit de fumée. Cela peut perturber gravement le fonctionnement de celui-ci. Préférez une hotte à recyclage d’air et consultez un installateur (il peut se produire des perturbations).
• En cas d’installation collective de Ventilation Mécanique Contrôlée, veillez à ce que le gestionnaire de votre immeuble fasse effectuer l’entretien et les vérifications des dispositifs de sécurité individuels et collectifs.
• Les appareils récents à gaz raccordés à un conduit de fumée en tirage naturel, possèdent désormais un système de sécurité contre le refoulement des produits de combustion, appelé SPOTT (Système permanent d’Observation du Tirage Thermique), dont le fonctionnement doit être testé lors des opérations d’entretien.
• Nettoyez régulièrement les brûleurs de votre cuisinière à gaz (on doit voir une flamme bleue et courte dans chaque orifice). S’ils sont encrassés le mélange air gaz ne s’effectue pas dans de bonnes conditions et le brûleur peut s’éteindre, notamment quand il est au ralenti. Une flamme bien réglée ne doit pas noircir le fond des casseroles.

retour Haut page
Que faire si on soupçonne une intoxication ?

Maux de tête, malaises et vomissements peuvent être le signe de la présence de monoxyde de carbone dans votre logement. Dans ce cas :

  • Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres.
  • Arrêtez si possible les appareils à combustion.
  • Evacuez les locaux.
  • Appelez les secours.
  • Ne réintégrez pas les lieux avant d'avoir reçu l'avis d'un professionnel du chauffage ou des Sapeurs Pompiers.
retour Haut page